Reconversion professionnelle : lancez-vous !

Suite à un accident du travail en 2013, Richard Saillard, alors chef de rayon dans le domaine du commerce, décide d’entamer une reconversion professionnelle afin de devenir assistant commercial. Malgré un chemin semé d’embuches, la lumière au bout du tunnel a bien fini par apparaître.

Parlons parcours avec Richard Saillard

 

Comme le dit avec humour Richard Saillard lui-même, au moment de retracer l’intégralité de son parcours : « Ça va être un peu long ».

 

Et pourtant la carrière de cet homme de 51 ans n’a pas trainé. Après un premier poste de vendeur chez But, Richard a ensuite gravi les échelons jusqu’au poste de chef de rayon. Un métier qu’il a exercé dans divers secteurs tels que le commerce ou encore le domaine pharmaceutique.

 

Malheureusement la pression et le stress engendrés par son rôle de manager, l’ont conduit au burn-out. « En 2013, le burn-out était encore méconnu, peu pris en charge » nous confie-il. Un accident du travail qui a empêché ce chef de rayon d’exercer pendant 4 ans, et qui l’a forcé à donner une autre suite à sa carrière professionnelle.

Le burn-out et la reconversion professionnelle

 

« Après mon burn-out, je n’avais plus envie de rien » nous avoue Richard Saillard. Sachant pertinemment qu’il ne pourrait plus reprendre son ancien emploi, l’ancien chef de rayon décide à l’aide de la CPAM et de son assistante sociale, d’entamer sa reconversion professionnelle.

 

S’en suivent plusieurs mois de recherche dans le but de trouver un financement pour sa formation, avant que la situation ne se débloque, lorsque l’homme de 51 ans entend parler du FPETT. « En quelques jours Sandrine (conseillère parcours reconversion au FPETT) me rappelle pour me dire qu’elle m’a trouvé un financement, mais je n’y croyais pas trop […] C’était extraordinaire ».  Il ajoute qu’il a « toujours eu un bon feeling » avec Sandrine, dont il ne tarit pas d’éloges. Grâce à elle, Richard a pu entamer une formation d’assistant commercial d’une durée de six mois, avec six semaines de stage en entreprise.

 

Une reconversion couronnée de succès, puisque son entreprise d’accueil lui a proposé un CDI à la fin de sa période de formation.

Pourquoi travailler en intérim ?

 

C’est grâce à sa famille que l’homme, père de deux enfants, a retrouvé la force d’entamer les démarches pour un retour sur le marché du travail : « J’avais une famille il fallait bien que je m’en occupe, donc le plus simple pour retrouver du travail c’était de me mettre en intérim. » nous explique-t-il.

 

L’intérim lui a également permis de voir différentes organisations et donc différentes manières de travailler, un élément qui selon lui a certainement fait la différence lors de sa recherche de stage en entreprise.

Reconversion professionnelle, comment franchir le pas ?

 

« Il faut bien choisir son métier, bien réfléchir, bien se renseigner sur les débouchées », nous conseille Richard Saillard.

 

Aujourd’hui cet assistant commercial fraîchement reconverti, se rend compte de tout le chemin parcouru et apprécie le moment présent « Je me sens nettement mieux, l’année 2023 n’a pas évidente, mais j’ai réussi à trouver ma formation […] je trouve ensuite un nouvel emploi, c’est un nouvel élan pour moi ».

 

Pour ceux qui hésiteraient encore à se lancer dans une reconversion, voici un ultime conseil par Richard : « Faut pas se démonter, il faut y aller ! J’ai 51 ans et je me suis lancé ! ».

 

Un témoignage inspirant qui sans doute donnera des élans de motivations même aux plus hésitants d’entre nous.

logo fpett


Fonds professionnel pour l’emploi
dans le travail temporaire